20 février 2011

Marina de Carlos Ruiz Zafon

premier_extrait_marina_carlos_ruiz_zafon_lign_L_Fk3B78Marina

Carlos Ruiz Zafon

Pocket Jeunesse

Présentation de l'éditeur

Oscar Drai, quinze ans, a disparu pendant une semaine du pensionnat où il est interne.

Où est-il allé et que lui est-il arrivé ? Quand l’histoire commence, Oscar vagabonde à travers Barcelone. Attiré par une mystérieuse maison apparemment abandonnée, il pénètre à l’intérieur. Se croyant seul, il commence ses investigations. Alors qu’il est en train d’examiner une curieuse montre à gousset laissée sur une table, il se rend compte que quelqu’un l’observe. Terrorisé, il s’enfuit. En rentrant au pensionnat, il s’aperçoit qu’il a gardé la montre.

Tenaillé par les remords, il retourne quelques jours plus tard dans la grande maison. Il y fait alors la connaissance de Marina, fille du propriétaire. Elle a son âge, de l’audace et une intelligence très vive. Elle entraîne son nouveau compagnon dans l’élucidation d’un mystère qui la tourmente : au coeur du plus vieux cimetière de Barcelone, une vieille femme voilée visite une tombe anonyme sur laquelle figure le dessin d’un papillon noir. Qui est-elle, et qui dort sous la pierre tombale ? En menant leur enquête, les deux adolescents franchissent les limites d’une propriété privée délaissée. Dans la serre qui la jouxte, des pantins en partie amputés de leurs membres pendent dans les airs. Soudain, ils descendent lentement et semblent s’animer. Une odeur pestilentielle envahit la serre… Sur le fronton, un papillon noir identique à celui de la tombe paraît contempler l’épouvantable scène. Parcourant les plus effrayants endroits de Barcelone, s’égarant dans les entrailles de souterrains où vivent des créatures de cauchemar, s’enfonçant dans les coulisses d’un inquiétant théâtre désaffecté, Oscar et Marina réveillent les protagonistes d’une tragédie vieille de plusieurs décennies. La vengeance est en route, mue par une armée de fantômes, guidée par un savant de génie et une amoureuse désespérée.

Entraînés dans la folie homicide de ces ombres tout droit sorties du passé, Oscar et Marina frôlent la mort. Pourtant, celle-ci les attaquera là où ils ne l’attendaient pas..

Mon avis:

Je ne vais pas vous parler de l'intrigue de ce livre, j'espère juste que vous vous y plongerez...

J'ai été happée dans ce Barcelone intemporel...

Le quartier gothique sied à merveille au berceau de ce roman...

Le clin d'oeil à Frankenstein n'est pas anodin !

L'auteur nous mène dans  une aventure oscillant entre fantastique, ésotérique, policier, drame et histoire d'amour....

La plume de Carlos Ruiz Zafon m'a plu , tant dans ses descriptions que dans ses reflexions comme le montrent les extraits choisis ci-dessous.

J'ai aimé tous les sentiments divergents qui m'ont traversée pendant la lecture.

Des frayeurs aux sourires, Monsieur Zafon a su me  guider dans une histoire hors norme.

Une histoire qui pourrait être sans époque ou de toutes les époques, où les grands sujets  tels que l'Amour, la Mort, la Fidelité, l'Amitié côtoient nos pires cauchemars !

A lire à partir de 15-16 ans

Extraits:

1

-"Enfin de compte, quel est le sens d'une science capable d'envoyer un homme sur la lune, mais incapable de mettre un morceau de pain sur la table de chaque humain?

-Peut-être le problème ne réside-t-il pas dans la science, suggérai-je, mais dans ceux qui décident de son emploi..."

2

-"Je crois comprendre que vous êtes philosophe, Oscar.

Avez-vous lu Schopenhauer?....

....

Son père voyait ma présence d'un bon oeil, même si j'étais incapable de faire la différence entre

Schopenhauer et une marque d'articles orthopédiques"

3

"Le temps fait du corps ce que la bêtise fait de l'âme, dit-il en se désignant lui-même"

4

"La nature est comme un enfant qui joue avec nos vies. Quand elle se lasse de ses jouets cassés, elle les jette et les remplace par d'autres, disait Kolvenik, c'est notre responsabilité de les ramasser et de les racommoder."

Posté par zazoulivres à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Marina de Carlos Ruiz Zafon

Nouveau commentaire